Back To Back Games Header PWM

Une étude de la FIFPRO révèle une augmentation du nombre de matches consécutifs

5 octobre 2021

Le nombre de matches consécutifs dans le football professionnel masculin d'élite a augmenté au cours des trois dernières années, certains footballeurs passant 70 à 80 % de leur temps de jeu à un rythme de deux matches par semaine, selon un nouveau rapport de la FIFPRO.

PWM MEN2
MEN'S FOOTBALL

2021 Player Workload Monitoring Report

Cliquez ici pour télécharger le rapport complet

Ce contenu a été caché parce que les cookies n'ont pas été acceptés. Cliquez ici de reconsidérer.

Le rapport, basé sur la Plateforme de suivi de la charge de travail du joueur de la FIFPRO, mesure la saturation des matches en examinant le nombre croissant de minutes jouées par les footballeurs lors de matches répétés et consécutifs, contrairement aux recommandations scientifiques concernant la santé et la performance des athlètes. Le rapport propose de nouveaux moyens de réduire cette accumulation de travail pour les joueurs et émet des avertissements sur les voyages qui nécessitent beaucoup d'énergie et sur la réduction des pauses hors saison.

Réalisé avec KPMG Football Benchmark, le rapport se base sur les données d'environ 40 000 apparitions d'un échantillon de 265 joueurs masculins issus de 44 ligues entre juin 2018 et août 2021.

Les footballeurs de l'échantillon ayant la charge de travail la plus élevée - les joueurs de l'équipe nationale au sommet du jeu - ont joué en moyenne 67 % de leurs minutes sur le terrain lors de matches consécutifs (*) en 2020-21, contre 61 % les deux saisons précédentes.  Il est important de noter que c'est l'exposition cumulée aux matches qui constitue un risque pour la santé, les performances et la longévité de la carrière d'un joueur.

Outre la concentration de matches, les nombreux déplacements et la réduction des pauses en saison et hors saison pèsent également sur la santé et les performances.

Les voyages internationaux de longue distance, même après le récent ralentissement causé par la pandémie de covid-19, mettent également la pression sur la santé et les performances de nombreux joueurs en raison des changements soudains de climat et de fuseaux horaires. Certains joueurs ont parcouru plus de 200 000 kilomètres - l'équivalent de cinq fois le tour du monde - au cours des trois dernières saisons.

Les compétitions pour lesquelles la distance moyenne par voyage est la plus élevée sont les qualifications pour la Coupe du monde de la FIFA en Amérique du Sud (6 650 kilomètres) et la Coupe du monde des clubs de la FIFA (6 414 kilomètres).

PWM 2 Cramp Stretching

La recherche médicale recommande une protection et une application efficace de la réglementation pour les pauses hors saison et en cours de saison, afin de permettre aux joueurs de se détendre complètement, sans aucun engagement professionnel. La FIFPRO recommande que chaque joueur dispose d'au moins 28 jours pour l'intersaison et 14 jours pour une pause en cours de saison. 

Le rapport montre toutefois que 45 % des pauses hors saison ont duré moins de 28 jours et que 30 % des pauses en saison ont duré moins de 14 jours. Ces chiffres indiquent que beaucoup de joueurs ne se reposent pas suffisamment. Un joueur figurant dans le rapport a eu en moyenne moins de sept jours de pause par intersaison au cours des trois dernières années.

Les études soulignent le besoin urgent de repenser les mesures de protection obligatoires des joueurs afin de protéger leur santé et leurs performances, et de reformuler les exigences en matière de déplacements.

Pour répondre à la nécessité de trouver des solutions innovantes, le rapport de la plateforme PWM de la FIFPRO utilise un modèle prédictif qui montre comment mettre en œuvre des mécanismes de protection individuelle des joueurs, tels qu'une pause obligatoire après un certain nombre de matches consécutifs sans interruption. Cela pourrait aboutir, par exemple, à ce qu'un joueur de Premier League participe à deux à huit matchs de moins pour son club et son équipe nationale au cours d'une saison.

“Les données montrent que nous devons relâcher la pression sur les joueurs du haut du tableau”

— de Jonas Baer-Hoffmann, Secrétaire Général de la FIFPRO

Les études scientifiques montrent que les joueurs sont plus susceptibles de subir des blessures musculaires s'ils disputent deux matches dans la même semaine. S'il est généralement admis que les joueurs risquent davantage de se blesser lorsqu'ils enchaînent deux matches, les effets plus larges d'une charge de travail extrême sur la capacité à s'entraîner, à se développer, à récupérer et à rester mentalement résilient restent largement ignorés.

Comme l'a déclaré Jonas Baer-Hoffmann, Secrétaire général de la FIFPRO : « Les données montrent que nous devons relâcher la pression sur les joueurs du haut du tableau et ce rapport fournit de nouvelles études expliquant pourquoi nous avons besoin de mécanismes de régulation à appliquer pour protéger les joueurs. C'est le type de solutions qui doit figurer en tête de l'ordre du jour chaque fois que nous discutons de l'évolution du calendrier des matches. Il est temps de faire de la santé et de la performance des joueurs une priorité. »

Andrea Sartori, responsable mondial des sports chez KPMG, ajoute quant à lui : « Les nombreuses données issues de la plateforme PWM de la FIFPRO sur le calendrier des matches confirment que l'augmentation de la charge de travail des joueurs constitue un problème critique non seulement pour la santé des joueurs mais aussi pour le développement durable du jeu. Par conséquent, une approche globale et centrée sur le joueur est nécessaire de la part de tous les participants dans tout débat futur sur les formats de compétition et le calendrier des matches à venir. »

 (*) Ces données sur les matches consécutifs sont basées sur la présence d'un joueur sur le terrain pendant au moins 45 minutes après avoir joué un minimum de 45 minutes lors du match précédent - avec moins de 5 jours de récupération entre les deux apparitions.

Les précédents rapports Flash de la FIFPRO sur le suivi de la charge de travail des joueurs ont été publiés en mai pour le football masculin et en juin pour le football féminin.