ACROSS THE BOARD Caroline Jonsson Website

Across the Board : Caroline Jonsson

Conseil d'administration Nouvelles

Partager cette citation

Fermer
ACROSS THE BOARD Caroline Jonsson Website

La FIFPRO a présenté un nouveau comité directeur de 18 membres lors de son assemblée générale en novembre. Ce comité directeur, le plus diversifié depuis la création du syndicat mondial des joueurs il y a 56 ans, comprend sept nouveaux membres. Dans notre série bi-hebdomadaire Across the Board, nous allons vous présenter les 18 membres du comité directeur.

La septième partie présente le profil de Caroline Jonsson, de Suède, qui représente l'Europe.

Caroline Jonsson

• A été gardienne de but dans des clubs en Suède et aux États-Unis
• A joué 80 fois pour l'équipe nationale suédoise de 1999 à 2009 et a participé à trois Jeux Olympiques
• A été gardienne lors de la finale de l'Euro 2001 et de la finale de la Coupe du monde 2003, perdues par l'Allemagne
• Travaille pour le syndicat suédois des joueurs Spelarföreningen, et travaille comme psychologue clinique avec des athlètes de haut niveau
• Membre du comité directeur de la FIFPRO depuis 2017
• Consultante pour le football féminin de la FIFPRO de 2014 à 2017

Comment vous êtes-vous engagée dans le syndicat des joueurs ?

Caroline Jonsson: La plupart des athlètes pensent qu'ils maîtrisent la situation : lorsqu'ils se dépassent vraiment, eux et leur équipe, ils sont récompensés, leur poste évolue et ils obtiennent davantage de moyens. En tant que joueuse, j'ai atteint le plus haut niveau, en tant que gardienne de but pour la Suède lors de la finale de la Coupe du monde 2003. Mais j’ai bien vu que les moyens ne suivaient pas vraiment, et qu'il ne suffisait pas d'être performante.

J'ai alors compris qu'il fallait changer la structure du sport. Je me suis engagée auprès du syndicat des joueurs et mon premier objectif a été de créer une convention collective pour les joueuses uniquement en Suède, ce que nous avons réussi à faire en 2008. J’ai continué ensuite à chercher à améliorer les conditions de travail. Pas pour moi, mais pour les générations futures, et j'ai donné ma propre situation en exemple.

Working Conditions In Womens Football

Vous avez joué un rôle énorme dans l'organisation du football féminin au sein de la FIFPRO.

Je me souviens d'une première réunion à Madrid avec le personnel de la FIFPRO, il devait y avoir d'autres joueuses, mais j'étais la seule à me présenter ...

Lorsque j'ai ensuite été invitée à une deuxième réunion au bureau de la FIFPRO, j'étais sceptique. J'étais invitée par Tijs Tummers - qui a joué un rôle très important dans le développement du football féminin au sein de la FIFPRO - à participer à la création d'un comité de joueuses. Je lui ai répondu : Si vous voulez avoir un comité, vous devez avoir des objectifs. Je ne serai membre de cette commission que si nous atteignons ceci, cela et cela » J'ai mentionné une liste de dix points. Puis je suis rentrée chez moi. La FIFPRO a accepté, et c'est ainsi que j'ai commencé à travailler comme consultante pour la FIFPRO.

Parmi ces premiers objectifs, nous avons obtenu l'adhésion des femmes dans les syndicats, elles sont représentées dans l'administration et au sein du comité directeur à des postes de décision, nous avons obtenu des congés maternité, nous avons créé des conditions pour les équipes nationales et pour les équipes nationales dans les compétitions, nous avons également travaillé d'arrache-pied à la professionnalisation du jeu féminin. Et nous avons introduit le World 11 féminin : non seulement nous avons organisé le vote, mais nous avons également réussi à convaincre la FIFA de faire monter les joueuses sur la même scène que les hommes pour recevoir leur prix. Le vote du World 11 a été très important pour nos joueuses, car il les a engagées et unies.

C’est certain, mon travail a eu son importance. Bien sûr, je reconnais que j'ai joué un rôle moteur, mais je veux aussi souligner l'importance de l'adhésion du personnel de la FIFPRO et des personnes extérieures. Stephen McGuinness, par exemple, secrétaire général de la PFA Irlande, a été l'un des premiers à se battre pour les joueuses. De nombreuses organisations n'avaient jamais eu de contact avec les femmes, mais lorsqu'elles ont franchi le pas, elles ont réalisé que les conditions des joueuses les ramenaient 30 ans en arrière, en leur rappelant la situation qui prévalait lorsqu'elles ont commencé à syndiquer les joueurs masculins. Elles sont retournées aux sources, et je pense que leur passion et leur engagement sont désormais également présents sur le terrain pour les femmes. C'est pourquoi nous avons fait tant de progrès dans l'organisation des joueuses.

Comment ai-je réussi à convaincre ? C'est tout le poids des légendes du football qui font passer votre message : Megan Rapinoe, Abby Wambach, Marta, Nadine Angerer ... Je n'ai même pas eu besoin de prendre la parole...

Caroline Jonsson Paris

Quels sont les prochains objectifs sur votre liste ?

Je veux que la FIFA, et dans le cas de l'Europe, l'UEFA, crée des opportunités égales pour les footballeurs hommes et femmes, et prévoie une rémunération équitable pour les mêmes performances. Il y a tellement de fédérations qui n'ont pas assez de fonds pour soutenir leurs programmes pour les jeunes, pour la base ou pour les femmes, et c'est terrible.

Un autre objectif est que tous nos membres obtiennent une représentation féminine. Nous pourrions être très performants dans ce domaine, et cela aiderait nos joueuses à prévenir tous les types de discrimination et de harcèlement. L'un de nos principaux objectifs devrait être que le sport, et le football en particulier, soit un endroit sûr pour les enfants et nos joueurs professionnels.

Ensuite, il y a le calendrier. Nous devons œuvrer et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que nos joueurs puissent mener leur carrière sur la durée. Nous sommes dans une situation où trop de joueurs disputent trop de matches, alors que beaucoup de joueurs ne jouent pas assez. Il faut trouver un meilleur équilibre.

De manière générale, les syndicats de joueurs doivent être reconnus comme la partie prenante la plus importante. Les joueurs doivent avoir leur mot à dire sur toutes les questions importantes du football. Je crains que nous n'en soyons pas encore là...