Cedric Hountondji Serious

Interview : Cédric Hountondji s'exprime sur l'étude FIFPRO sur la santé

4 août 2021
Cédric Hountondji fait partie des plus de 150 footballeurs professionnels qui participent à l’étude sans précédent de la FIFPRO menée sur la santé des joueurs, sur une période de 10 ans.

Hountondji, 27 ans, est un défenseur central du Clermont Foot, récemment promu en Ligue 1 française.

Lors d'un entraînement d'avant-saison, il nous a expliqué pourquoi il avait décidé de participer à cette étude sur le bien-être mental de 90 joueurs et 60 joueuses, ainsi que leur fonctionnement cérébral, cardiaque et musculaire.

L'étude vise à améliorer les connaissances sur la physiologie des footballeurs pendant leur carrière et les premières années qui suivent leur arrêt de jeu.

Le professeur Vincent Gouttebarge, médecin en chef de la FIFPRO, dirige le projet, cofinancé par la Fondation Drake (Angleterre), le centre de soins Mehiläinen (Finlande) et Push Sports (Pays-Bas).

Comment avez-vous entendu parler de cette étude de la FIFPRO ?
Le professeur Gouttebarge m'a contacté par l'intermédiaire d'un coéquipier, qui faisait partie de l'étude, et m'a demandé de participer. J'aime l'objectif du projet, qui est d'aider la prochaine génération de joueurs.

C'est également intéressant pour moi personnellement. J'aime parler avec les médecins du club, poser des questions et en savoir plus sur la science qui sous-tend les problèmes de santé et les blessures.

Hountondji 2 1100

En quoi consiste le fait de participer à ce projet ?
J'ai complété quelques questionnaires sur ma santé. C'est relativement facile.

Parfois, je dois demander au médecin du club de me faire passer des examens médicaux. Cela peut être plus difficile à organiser car le médecin peut être occupé, mais il est généralement d'accord pour m'aider et je n'ai eu aucun problème jusqu'à présent.

Vous est-il arrivé d'avoir des problèmes de santé en tant que joueur ?
J'ai connu ma pire période il y a trois ans, lorsque j'ai manqué six mois à cause d'une rupture du tendon de la cuisse, au moment où je jouais en Major League Soccer (pour New York City). C'était une période difficile parce que je ne jouais pas beaucoup et puis je me suis blessé.

Mais maintenant je suis heureux à Clermont. J'ai participé à 37 des 38 matchs de championnat la saison dernière. Je n'en ai manqué qu'un seul à cause d'une suspension. Je me sens très en forme physiquement.

Hountondji 4 1100

À quel point devez-vous prendre soin de votre santé à 27 ans ?
En tant que joueur, la santé est essentielle. Vous devez bien manger, bien boire et bien vous entraîner. Vous devez bien récupérer. Il faut faire attention à tout ce de qu'on fait, c'est important.

À ce stade de ma carrière, je n'ai pas pensé à ce que serait ma santé après ma carrière. Je me concentre principalement sur ma forme physique et sur la saison à venir en Ligue 1.

D'après votre expérience, à quoi ressemble le suivi médical des footballeurs ?
J'ai joué dans sept clubs au cours des dix dernières années : en France, aux États-Unis et en Bulgarie. Certains médecins sont excellents, d'autres moins. Les plus expérimentés sont les meilleurs ; ils connaissent toutes les blessures dont un joueur peut souffrir.

Lorsque je change de club, ce qui m'est arrivé souvent, je demande toujours au médecin du club de me communiquer mon dossier médical afin qu'il puisse être transmis au club suivant. Cette procédure a toujours bien fonctionné pour moi.